Chaga

Chaga

Prix régulier $70 maintenant $30

 

Description

Le chaga (Inonotus obliquus) est considéré par plusieurs comme le roi des champignons médicinaux et le champignon de l’immortalité en Asie. Ce champignon aux multiples vertus pousse ici au Québec sur les bouleaux vivants. Bien que pour certaines sources, ce champignon soit un parasite de l’arbre, pour d’autres, il agit comme un pansement en poussant sur les blessures de l’arbre. Il est présumé que ce champignon émet ses spores seulement une fois que l’arbre meurt. Ce mode de reproduction lent en fait une ressource vulnérable à une cueillette non responsable.

Récolte

Une récolte responsable du chaga est essentielle à la préservation de cette ressource. Selon certains auteurs, comme David Wolfe, seule la partie extérieure du chaga peut être récoltée. Si le champignon est récolté dans son entièreté, la blessure de l’arbre se retrouve exposée et l’arbre aurait une chance sur quatre de mourir. De plus, puisque le champignon libère seulement ses spores lorsque l’arbre meure, on s’assure de la régénération du champignon en laissant une partie de celui-ci sur l’arbre. Par ailleurs, il est important de ne pas récolter ce champignon lorsque l’arbre est mort, puisqu’à ce moment, le chaga est à un stade de sénescence et perd sa fraîcheur. La partie noire du chaga serait le sporocarpe et le jaune, à l’intérieur, le mycélium.

Bienfaits

Selon certaines sources, telles que Robert Rogers, le chaga aurait les propriétés médicinales suivantes : antibactérienne, anti-inflammatoire, anti-oxydante, anti-tumorale et antivirale. Le chaga possèderait aussi des bienfaits en lien avec la glycémie et comme tonique immunitaire et rénal.

Comment utiliser le chaga?

Étant donné le cycle de reproduction très lent de ce champignon, une consommation responsable du chaga est tout aussi importante qu’une récolte responsable afin d’assurer la pérennité de cette ressource. En ce sens, nous suggérons aux gens d’utiliser les morceaux, plutôt que la poudre, car ceux-ci peuvent être réutilisés plus facilement. Il est possible de faire entre 5 à 10 décoctions avec les mêmes morceaux, selon votre goût.

Il est important d’utiliser le chaga en décoction et non en infusion. L’eau qui mijote permet de séparer les molécules actives de la chitine du champignon, un composé qui empêche l’absorption de la plupart des éléments des champignons, inclusivement les protéines, par le corps humain.

Préparation d’une décoction de chaga :

  • Placer entre 25 et 50 grammes de chaga dans une casserole et rajouter entre 1 et 3 litres d’eau
  • Lorsque l’eau commence à bouillir, laisser l’eau mijoter entre 30 et 90 minutes

La décoction peut être conservée au réfrigérateur environ une semaine. Les morceaux utilisés peuvent servir à d’autres décoctions, tant que l’eau se colore. Entre chaque décoction, il est conseillé de conserver les morceaux de chaga humides au congélateur et/ou réfrigérateur afin d’éviter le développement de moisissures sur ceux-ci.

Lorsque la décoction des morceaux ne colore plus l’eau, il est encore possible d’extraire les molécules bénéfiques du chaga en effectuant une teinture à l’aide d’alcool. L’alcool permet d’extraire les composés liposolubles du champignon alors que l’eau extrait les composés hydrosolubles.

Références

David Wolfe (2012). Chaga : king of the Medicinal Mushrooms.

Robert Rogers (2011). The Fungal Pharmacy : The Complete Guide to Medicinal Mushrooms and Lichens of North America.